Retour à la page d'accueil

LA MUSIQUE DES DISCIPLES.

- Nous allons aborder cette seconde étude, «avec crainte et tremblement», car, dans la Parole de Dieu, elle a lieu dans le cadre de l'Église de Christ, mentionnée dans la précédente étude. Beaucoup de versets de l'Ancien et du Nouveau Testament témoignent de la richesse des œuvres de ceux qui, étant soumis à l'Eternel, puis au Seigneur Jésus Christ, se sont laissés inspirer par Lui pour leurs chants.

*- Il y a aussi tout ce vacarme instrumental qui fait du bruit autour de nous, des chanteurs et des chanteuses qui n'ont de dieu que l'Argent, s'ingénient à essayer de convaincre leurs fans par des kilowatts de puissance sonore, avec souvent pour seul résultat que d'envoyer ces fans à l'hôpital pour essayer de rendre à leurs oreilles l'acuité auditive que les enceintes ont abîmée...
**- Il y a surtout tout ce contrôle exercé par les organismes de contrôle des droits d'auteur, qui veillent tant bien que mal à distribuer à chacun son "salaire" pour le chant qui est joué en public. Alors que cette personne qui joue "son" morceau devant les foules l'a écrit parfois en dix minutes au fond de sa chambre, cherchant l'inspiration... Dieu Seul sait où...
***- Cette fête de la Musique, bassement commerciale, inspirée par les organismes de droits d'auteur est établie pour "faire de l'argent" et recruter de nouvelles chansons pour les redistribuer à qui de droit (pas toujours ceux qu'on pense...), en en prenant beaucoup au passage...
****- Toutes ces émissions de télévision où on cherche des gens pour les isoler dans un "château", auxquels on apprend les "techniques" pour chanter de façon commerciale, afin, tout simplement, de leur imposer des morceaux de musique qui ne se vendraient pas autrement, tout ça pour assouvir la soif d'argent des ayants-droits (auteurs et compositeurs, le plus souvent, l'interprète n'ayant pas droit à grand-chose...) !
*****- Il y a aussi, ces temps-ci, l'ingérence d'Internet, qui a littéralement ébranlé tout ce "joli" monde en permettant à des fans d'écouter et d'enregistrer, sans débourser un centime, des musiques d'auteurs et d'horizons très différents; faisant du même coup sauter le verrou juridique qui décidait du riche ou du pauvre, qui avait droit d'écouter telle ou telle chanson, ces pauvres ayant accès à Internet pour une somme modique, depuis un "cyber-café" ou, gratuitement, chez un membre de leur famille ou chez des amis... Pour ceux qui créent des chansons, Internet se permet le luxe de remplacer les maisons d'éditions musicales, car beaucoup préfèrent passer par "la toile" que de subir les lourdeurs administratives liées au passage par une maison d'édition...

Ce verrou, on tente désespérément de le "retaper" en osant poursuivre les "pauvres" internautes qui téléchargent des morceaux de musique, alors que le véritable responsable, celui-là même qui met ces morceaux à disposition sur Internet, est bien à l'abri... Mais des auteurs-compositeurs, de plus en plus, donnent gratuitement de leurs morceaux de musique. Et contre ça, les "majors" ne peuvent pas grand-chose...

(?!?...) Voyons ce que dit la Bible...
«Il y en eut d'entre eux vingt-quatre mille pour diriger l'ouvre de la maison de l'Eternel, et six mille intendants et juges, et quatre mille portiers, et quatre mille qui louaient l'Eternel avec les instruments que j'ai fait, [dit David], pour louer.» (1Chroniques 23, 4-5.)

... Voir aussi la distribution des fils d'Asaph, les musiciens, en 1 Chroniques 25, 1-8.

Je retiens une chose très importante: Nul n'était payé pour inventer des morceaux de musique, mais uniquement pour les jouer ! Les fils d'Asaph étaient musiciens, et c'est en tant que musiciens qu'ils sont mentionnés ici, non en tant qu'auteurs-compositeurs, car c'est David lui-même, inspiré par Dieu qui transmettait à Asaph et à sa famille les morceaux à jouer (Il n'est pas mentionné que David se faisait payer par Asaph pour jouer ses morceaux, car c'est David qui payait Asaph pour jouer !) !!! De plus, David avait fabriqué ou fait faire des instruments de musique de grande qualité pour que les fils d'Asaph jouent bien pour louer Dieu... Il ne s'est même pas fait payer comme luthier (En tous cas, ce n'est pas écrit...) !!!

J'apprends encore une chose, ici: David a fait confiance en Dieu pour TOUT ! Même pour les airs de musique à jouer ! Du point de vue des étrangers à Jérusalem, cette chorale qui louait Dieu jour et nuit devait impressionner !...

On nous dit de «rendre à César ce qui appartient à César», c'est-à-dire de respecter la personne qui a créé l'air qu'on écoute ou qu'on joue. mais ce verset de Matthieu (22, 21) nous dit aussi une seconde chose à ne pas oublier: de «rendre les choses de Dieu à... Dieu» !!! Je vais encore plus loin: Je suis Disciple musicien et Dieu m'inspire un morceau complet, paroles et musique, pour le jouer pour Sa gloire (Il l'a déjà fait à plusieurs reprises). Vais-je le déposer aussitôt sous mon nom à une société de droits d'auteurs ?... NON !!! Il appartient à Dieu Qui me l'a inspiré... Et s'Il a décidé de me le donner pour le jouer gratuitement devant les gens qu'Il aime, au risque de me le faire "piquer" par un autre qui le déposera sous son nom, Il est libre !!! Mais si Dieu, après m'avoir donné le morceau de musique, a décidé de le retirer de ma mémoire, et de le garder pour Lui avant que je l'aie enregistré ou noté (Apocalypse 14, 2-3.) ?!?... Car Dieu a inspiré David pour de nombreux psaumes qui sont des chants, avec de la musique. Y avait-t-il un organisme de contrôle de droits d'auteurs à l'époque ??? Non, bien sûr! Pourtant tous les traducteurs et écrivains bibliques ont bien respecté l'origine donnée à David pour ses psaumes. Pourquoi ? Parce que Dieu Lui-Même a fait reconnaître les Psaumes de David devant les générations du monde entier !!! Mais, voyons de plus près l'origine de "notre" organisme de contrôle de droits d'auteurs en musique: la S.A.C.E.M. :

Elle a été créée je ne sais plus quelle année, par une personne dont j'ai oublié le nom (ce n'est pas important...) et qui a composé un jour plusieurs morceaux de musique . Un jour, en passant dans la rue, elle entend un orchestre populaire jouer un de ses morceaux en se faisant payer pour leur prestation, non pour le morceau lui-même ! Elle "piqua" sur-le-champ une grosse crise de jalousie en pensant: "Ces musiciens se "font de l'argent" en jouant MON morceau de musique !?... Je vais les faire payer à leur tour !" De retour chez elle, elle fonda la S.A.C.E.M. (Société des Auteurs-Compositeurs et Editions Musicales) qui est chargée de collecter des fonds jusqu'à... le patron d'un bistrot qui allume un poste de radio pour faire écouter de la musique à ses clients, alors que les droits ont déjà été payés par le directeur de la radio qui diffuse les chansons !

Nous voyons tout de suite ici que cette attitude scandaleuse, qui est en totale opposition avec ce que Dieu a inspiré à David pour sa chorale, a prévalu et fait école dans le monde ! C'est au point qu'un musicien ne peut pas aligner plus de dix notes sans qu'on examine tout de suite pour savoir à qui ça appartient... Mais c'est oublier que... Dieu aussi est Auteur-Compositeur !!! Quelles sont les paroles de Sa Musique ? L'Evangile, bien sûr ! Et ça, ça Lui appartient en propre !
C'est oublier aussi qu'avec dix notes consécutives en commun, on peut faire des centaines de morceaux, tous différents, sans qu'on puisse dire que l'un est la copie de l'autre, ce qui limite la créativité des musiciens et les oblige, pour ainsi dire, à jouer les morceaux des autres, surtout quand on apprend que les descendants et les ayant-droits peuvent prétendre vivre sur le succès d'un morceau soixante-dix ans après la mort de l'auteur, et qu'ils "poussent à la roue" pour que le morceau de leur papa ou de leur tonton puisse leur rapporter le plus longtemps possible (sic...) !... Et beaucoup de morceaux de musique n'ont été composés que parce qu'ils rapportent de l'argent, beaucoup d'argent...

* Ceci dit, pour faire une mise au point à ce stade de cette étude, il est parfaitement possible de travailler soi-même pour composer un morceau de musique d'après les règles de l'harmonie, en prenant des sujets divers, même sur Dieu. Je respecte ces personnes, surtout si elles vivent de la musique, à travers les organismes de contrôle de droits d'auteurs. Mais ce qui me reste "en travers de la gorge", c'est qu'un auteur chrétien dépose un morceau , "SON Œuvre" chez l'organisme de droits d'auteurs, alors que c'est Dieu Qui lui a "soufflé" toutes les paroles, les notes et les accords !!! Ça, ce n'est pas juste ! Il faut vraiment rendre à Dieu ce qui Lui appartient (Je suis moi-même musicien et disciple de Christ et je sais de quoi je parle) !!!
Une deuxième mise au point: Comment Dieu Saint et Pur, Lui, l'Auteur-Compositeur Parfait qui nous inspire, peut-Il laisser Ses enfants confier Ses Œuvres à une organisation humaine qui, en plus, est bâtie sur la jalousie, ce que désapprouve Dieu ?...(?) Comment, étant éclairés par Sa grâce, puis-je infléchir le "regard" des auditeurs et m'approprier ainsi la gloire qui revient à Dieu Seul, comme Satan l'a fait ?... Ne suis-je pas qu'un instrument entre les Mains du Grand Chef d'Orchestre ??? Qui me donne la partition à jouer pour que Sa gloire se révèle ?... Vraiment, comme a dit Jean-Baptiste, «Il faut qu'Il croisse et que moi, je diminue» (Jean 3, 30). Ceci est très important pour le témoignage à d'autres gens de ce monde. Jésus Lui-Même a dit, au sujet de l'Evangile : «Et quand vous irez, prêchez, disant: Le Royaume des cieux s'est approché. Guérissez les infirmes, ressuscitez les morts, rendez nets les lépreux, chassez les démons: vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement» (Matthieu 10, 6-8.) ! (Disant: on peut dire en chantant et en jouant des instruments !) Et deux versets plus loin, Jésus dit: «Car l'ouvrier est digne de sa nourriture» (v.10).

- Pas de problème ! La question est la suivante : de qui sommes-nous ouvriers ??? Il nous faut y répondre avec une absolue certitude, car de notre réponse dépendra d'où vient la rétribution de notre travail !...
À ceux qui se sont formés un groupe humain, avec des règles humaines et une personne morale, c'est d'elle qu'ils recevront un salaire, ... limité, bien sûr (Ne croyez pas que ce salaire soit illimité : l'argent n'a aucune valeur autre part que sur Terre !!!) ! Mais pour ma part (et j'espère aussi, pour vous !), c'est Dieu, mon Père qui est dans les cieux, qui est mon... Patron ! Et c'est Lui qui me "paie" !!! Si je joue de Sa Musique de la manière dont Il veut que je la joue, tout va bien, je ne manquerai de rien, «car la terre est à Dieu et tout ce qu'elle renferme» (1 Corinthiens 10, 26) ! (Y compris argent et or !) Mais si je me laisse influencer par je ne sais quel "mouvement" et que je perde ainsi mon authenticité (accord, harmonie des actes et des paroles avec le "moi" profond), Dieu ne le verra-t-Il pas ??? Bien sûr (Et Il en profitera pour me juger en me retirant les bienfaits dont Il me comble) ! Et même si je gagne plus d'âmes, en agissant ainsi, c'est "la mode", et non pas Christ qui les a appelés !... Ce qui est dommage, c'est que beaucoup préfèrent suivre "la mode" et ne se posent pas la question de savoir ce que Dieu veut : un cœur bien disposé ! Alors, et seulement alors, peu importe si nous ne jouons pas "comme les autres", ni de façon "commerciale"... Nous n'aurons pas le succès commercial exigé par les hommes, mais, rejetés de tous à cause du Nom de Jésus, nous pourrons chanter et jouer Ses louanges ! Et Dieu S'en servira pour convaincre les incrédules de Péché, de Justice et de Jugement !!!

Cela me fait penser à la parabole du (bon ?) Samaritain. (Luc 10, 25-37.) Il n'est pas écrit que cet homme fut bon ! (vv. 33, 34.) Il fut ému de compassion, car il n'aurait pas voulu être à la place de cet homme, tout simplement ! Alors, il l'a secouru. Et pour la musique ? Dieu nous demande d'être à notre place, disponibles pour le jour où Il aura besoin de nous pour Sa gloire !... Ce peut être pour une heure, seulement, comme les fils d'Asaph auprès du roi David ! Dieu, souvent, ne nous en demandera pas plus ! Mais aussi pas moins non plus... Juste ce qu'il faut pour Le glorifier !

Et pour nous, musiciens ?

Ça signifie... RENONCER (Ai-je bien lu ???) Oui, renoncer à la gloire passagère que pourrait apporter le bon jeu d'instruments devant un public "qui aime ça", RENONCER aux droits d'auteurs (Mais il est dingue !!!) qui, si la chanson a du succès, peuvent atteindre des sommes faramineuses, tout aussi vite dépensées, car «avec l'augmentation des biens, ceux qui les mangent augmentent aussi» (Ecclésiaste 5, 11). Je déraisonne ??? Eh bien regardez un peu le "show-business" et tous les scandales qui "fleurissent" dans ce milieu et dites-moi, surtout dites-le moi, si j'ai tort (Ça m'étonnerait beaucoup, vu tout ce qui se passe dans les revues spécialisées sur ce sujet ! Il n'est besoin que de parcourir rapidement seulement les couvertures pour en être informé...) !!! Pour ça, le Disciple a une arme à opposer à l'ennemi sur ce plan: son appartenance à Christ ! Qu'il s'en serve ! Mais surtout, qu'il ne s'y "frotte" pas, à ce milieu, car c'est comme du papier tue-mouches... À peine a-t-il "frôlé une aile", le voilà "collé" !!! Et surtout, qu'il se soumette à Dieu, car Lui, Il saura bien mieux que nous comment "gérer" la Musique qu'Il nous inspire ! Comme nous sommes Ses Musiciens, (Quel honneur !), c'est Lui qui nous "paie" pour jouer Sa Musique! Et «même au-delà de ce que nous Lui avons demandé...»(!)

Au sujet de la chorale de David, David a payé les musiciens pour qu'ils jouent continuellement les morceaux que Dieu Lui a inspirés. C'est comme si, dans le monde, un auteur-compositeur qui crée une chanson payait des musiciens et un chanteur pour jouer ses morceaux, sans que les musiciens lui doivent quoi que ce soit au sujet des droits d'auteur sur les chansons ! Ils ne sont que les exécutants, n'est-ce pas ??? Pour Dieu, Notre Auteur-Compositeur, c'est pareil ! Il nous rétribue pour que nous propagions Son Evangile !!! Non seulement Il pourvoie à tous nos besoins, mais également à ceux des auditeurs ! A-t-Il besoin de bénir particulièrement une personne par l'intermédiaire d'un musicien ? Il équipe le musicien et lui donne de quoi satisfaire cette personne dans tous ses besoins, aussi grands soient-ils !!!
Mais... (?) Nous sommes toujours trop pressés !!! Dieu doit nous calmer !... Plutôt que d'attendre sagement la révélation complète de Sa Parole, beaucoup partent avec la moitié de la vérité et essaient de faire l'Œuvre de Dieu (Si la situation n'était pas si sérieuse, j'en rirais, car ce serait plutôt comique : imaginez seulement un automobiliste qui sort sa voiture du garage en oubliant une roue, sur trois roues !) !!! Et dans le service du Seigneur, nous en oublions des "roues" à nos "voitures" !!!

La musique est-elle réservée uniquement à ceux qui ont la "chance" (?) de posséder plus d'argent que les autres ?

David, avant qu'il ne fut roi d'Israël, n'était-il pas le plus jeune de tous les fils d'Isaï ? N'était-il pas le plus pauvre, aussi ? Et pourtant, il fut reconnu comme étant "divinement inspiré" lorsqu'il réalisa tous les instruments de musique que le roi Salomon utilisa, quand il fit la dédicace du Temple, à l'avènement de son règne... Comment Dieu peut-Il reconnaître quelqu'un de discret, au milieu de tout le vacarme "médiatique", dont le "gratin" mondain se régale, jour après jour ? «Il regarde au cœur» !!! Et Il ne se trompe jamais !... David «paissait le menu bétail» lorsque Samuel est venu appeler son père, Isaï, afin d'oindre un de ses fils comme roi d'Israël...
Alors, un exemple pour nous, musiciens christiens? Regardons la vie de David, lorsqu'il jouait devant le roi Saül, pour l'apaiser, alors que Saül avait sa lance dans la main, prêt à «clouer David à la paroi» par deux fois, car l'Eternel lui avait envoyé un mauvais esprit, pour le punir de sa désobéissance, quand Saül avait réservé pour lui une partie du butin qu'il aurait dû détruire et vouer par interdit !...

Et vous me comptez comme insensé, quand je "laisse passer ma chance" en donnant "mes" chansons à la communauté, au lieu "d'en profiter" ??? (?) Réfléchissez bien !...
Beaucoup trop de musiciens "chrétiens", aujourd'hui, préfèrent gagner de l'argent en déposant leurs musiques auprès des organismes de contrôle des droits d'auteurs, mais comme, à part certains chrétiens, personne n'achète leurs œuvres, ils exercent un autre métier qui leur apporte le complément pour vivre, alors que les "stars" du show-business n'ont, semble-t-il, aucun problème à ce sujet !
Mais, comme j'ai souligné plus avant, si nous sommes "ouvriers de Dieu", alors peu importe si nous "avons du succès" ou non! Ce n'est pas ça qui compte, c'est le bonheur que notre Père nous donne, quand nous savons que nous Lui avons fait plaisir... Ça, ça dépasse TOUT ! Et vous aurez en dégoût la vie de ces gens qui, croyant que le Royaume des Cieux s'obtient à prix d'argent, se permettent de corrompre les bonnes manières de vivre au nom du dieu Argent !!!
C'est si simple: «Choisissez qui vous voulez servir» !...

- Un détail pour nous, musiciens christiens :

J'entends dire par certains que le fait de ne pas protéger ses morceaux, c'est comme si «on jetait des perles aux pourceaux»... Eh bien je vous assure que si vous faites protéger les Œuvres que Dieu vous inspire par un organisme humain incrédule, vous les avez déjà jetées aux pourceaux, vos perles (c'est-à-dire vos chants, louanges à Dieu, le sacrifice de vos lèvres !) ! J'explique en prenant deux passages de l'Écriture :
«Ne donnez point les choses saintes aux chiens, et ne jetez point vos perles devant les pourceaux, de peur qu'ils ne les foulent à leurs pieds, et que se retournant, ils ne vous déchirent.» (Matthieu 7, 6)
Nous allons comparer avec un autre passage de l'Écriture :
«Quand quelqu'un d'entre vous a une affaire contre un autre, ose-t-il bien aller en jugement devant les iniques, et il ne va pas devant les Saints? Ne savez-vous pas que les Saints jugeront le monde? or si le monde doit être jugé par vous, êtes-vous indignes de juger des plus petites choses? Ne savez-vous pas que nous jugerons les Anges? combien plus donc devons-nous juger des choses qui concernent cette vie? Si donc vous avez des procès pour les affaires de cette vie, prenez pour juges ceux qui sont des moins estimés dans l'Eglise. Je le dis à votre honte: n'y a-t-il donc point de sages parmi vous, non pas même un seul qui puisse juger entre ses frères? Mais un frère a des procès contre son frère, et cela devant les infidèles. C'est même déjà un grand défaut en vous, que vous ayez des procès entre vous. Pourquoi n'endurez-vous pas plutôt qu'on vous fasse tort? Pourquoi ne souffrez-vous pas plutôt du dommage? Mais, au contraire, vous faites tort, et vous causez du dommage, et même à vos frères.» (1 Corinthiens 6, 1-8)

La version Ostervald dit, pour le passage souligné : «... vous prenez pour juges des gens qui sont méprisés de l'Église Parce que les juges du monde sont incrédules, ils ne font pas partie de l'Assemblée de Dieu. Ils sont donc méprisés de Christ Lui-Même ! Ils doivent donc être méprisés des saints aussi, du moins tant qu'ils ne se donnent pas à Christ en se repentant, car Dieu aime les juges aussi.
Or, les organismes de contrôle des droits d'auteur sont aussi des juges incrédules ! De plus j'en ai vu bien peu, pour ainsi dire pas du tout, être touchés par un chant chrétien qu'ils mettent dans leur base de données au point de se donner à Christ et de se repentir... Ce n'est pas leur préoccupation première : ils sont là pour ramasser le plus d'argent possible sur un morceau de musique. C'est d'ailleurs pour ça qu'il est si difficile d'en sortir de ce système, du moins en France : ils ne sont pas si fous et ne vont pas laisser partir dans la nature une si bonne "vache à lait", surtout si la "vache" va "vendre son lait" sans passer par "le système" !

Donc, musiciens chrétiens, faites entièrement confiance à Dieu qui vous inspire vos chants pour les protéger aussi. Et ce passage-là montre qu'Il s'y prend fort bien :
«Et quand les sept tonnerres eurent fait entendre leurs voix, j'allais écrire; et j'entendis du ciel une voix qui me disait: Scelle les choses que les sept tonnerres ont dites, et ne les écris point.» (Apocalypse 10, 4)
Donc, ne craignez pas, comme le font les musiciens du monde. Vous "avez" beaucoup mieux pour protéger vos œuvres qu'une institution humaine, fragile et versatile. Quoi ? Vous ne me croyez pas ? Demandez-le Lui ! Et le Seigneur a encore quelque chose à vous dire, sur une interprétation "osée" de Sa Parole :

- Vivre de l'Évangile : des habitudes à changer...

Toute une journée, j'ai eu la pensée tournée vers 2 passages de la Parole de Dieu sur le sujet "Vivre de l'Évangile". Et voici ce que la Bible dit :
1 Corinthiens 9, 14 : «De même aussi, le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l'Évangile, de vivre de l'Évangile.»
Or, la Bible dit aussi :
Matthieu 10, 8 : «Guérissez les malades, nettoyez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.»
Tels qu'ils sont pris ensemble, ces deux versets sont donc totalement incompatibles : comment vivre de l'Évangile si nous sommes appelés à donner gratuitement, hein ??? Qui nous assurera un revenu suffisant pour nous nourrir et nous vêtir ???

Or, dans la Bible, heureusement, il y a un passage qui fait le lien :
Matthieu 6, 25-34 : «C'est pourquoi je vous dis: ne soyez point en souci pour votre vie, de ce que vous mangerez, et de ce que vous boirez; ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus; la vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? Considérez les oiseaux du ciel; car ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni n'assemblent dans des greniers, et cependant votre Père céleste les nourrit; n'êtes-vous pas beaucoup plus excellents qu'eux? Et qui est celui d'entre vous qui puisse par son souci ajouter une coudée à sa taille? Et pourquoi êtes-vous en souci du vêtement? apprenez comment croissent les lis des champs; ils ne travaillent, ni ne filent; Cependant je vous dis que Salomon même dans toute sa gloire n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Si donc Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui est aujourd'hui sur pied, et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas beaucoup plutôt, ô gens de petite foi? Ne soyez donc point en souci, disant: que mangerons-nous? ou que boirons-nous? ou de quoi serons-nous vêtus? Vu que les Païens recherchent toutes ces choses; car votre Père céleste connaît que vous avez besoin de toutes ces choses. Mais cherchez premièrement le Royaume de Dieu, et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne soyez donc point en souci pour le lendemain; car le lendemain prendra soin de ce qui le regarde; à chaque jour suffit sa peine.»

Or, les hommes ont une interprétation très particulière du premier verset : ils VENDENT les "produits dérivés" de l'Évangile comme des produits de consommation : séances de délivrance, payantes bien entendu, passages des pasteurs dans les domiciles, guérison des malades, onction d'huile... CD de chants de louange aussi, ils vendent tout et fort cher !!! Du coup, ils désobéissent au second verset sans se préoccuper que c'est JÉSUS qui l'a prononcé, alors que le premier verset, c'est Paul, poussé par l'Esprit, qui l'a dit. Mais Dieu ne nous rassure-t-Il pas en nous disant ces choses au sujet des oiseaux et des lis du 3e passage ? Alors, la "liaison" des deux versets est la suivante :
* Dieu vous ordonne de vous rendre chez quelqu'un pour y laisser une bénédiction de Sa part. Allez-y et ne demandez rien en retour. Pour ce que vous avez besoin, et qui vous est nécessaire, Dieu va "piocher" dans le vaste réservoir du monde incrédule pour nous donner des choses dont nous n'aurions jamais rêvé posséder. N'a-t-Il pas dit aussi :
Proverbes 13, 22 : «L'homme de bien transmettra son héritage aux enfants de ses enfants; mais les richesses du pécheur sont réservées pour le juste

Bien sûr, on m'objectera que nous ne sommes pas justes... Eh bien désolé : nous sommes JUSTIFIÉS par JÉSUS-CHRIST, donc, ipso facto, nous sommes justes !!! Donc, les richesses des incrédules et des pécheurs nous sont réservées !!! Pour l'instant, elles sont entre leurs mains et le contexte mondain nous dit que ce n'est "pas demain la veille" que Dieu nous les donnera... Mais... Dieu a SON jour, Lui !!! Il est patient car Il veut sauver un maximum de monde... Mais "un jour pas fait comme un autre", ça arrivera, où tous les méchants seront consumés et où toutes leurs richesses nous seront données, non !?... Et les "chrétiens" qui vendent ce que le Seigneur leur a donné lui font honte !!! Ils ne croient pas que Dieu possède TOUTE LA PLANÈTE, et qu'Il distribue Ses dons matériels et spirituels comme Il l'entend... s'attendant à ce que Ses enfants en fassent autant !
Ce chapitre ne semble pas concerner les musiciens chrétiens ? Il leur est tout particulièrement destiné. C'est donc que l'Esprit de Dieu est attristé de la "tournure" que prennent les évènements, qu'Il ait chargé un "Élihu" de dire ces choses avant qu'Il ne le fasse Lui-Même...

À ce sujet, j'aurais à faire part d'une expérience personnelle : ayant été en contact, par forum interposé, avec une chanteuse professionnelle devenue chrétienne, j'ai été attristé par son attitude : elle donnait jusqu'à présent ses musiques gratuitement. Mais, soi-disant pour toucher plus de monde, son attitude a changé, car elle s'est mise à vendre d'autres morceaux de musique de sa composition. Ayant écouté certains extraits, j'ai été surpris par le peu d'onction du Saint-Esprit, pour ne pas dire l'absence d'onction. En effet : le Seigneur avait préparé une voie pour elle mais elle était retournée à la voie du monde, celle qu'elle pratiquait avant de venir au Seigneur : elle s'est appuyée sur des méthodes et des conventions humaines pour distribuer "sa" musique ! Et tout ça parce qu'elle s'était engagée avec une maison d'édition qui lui coûtait cher ! Il fallait du même coup payer les musiciens et, pour se faire rembourser, utiliser les voies du monde : VENDRE ! Mais avec le Seigneur, il aurait été beaucoup plus facile de toucher beaucoup plus profondément les cours et ce, sans piratage d'aucune sorte ! Les internautes chrétiens ne sont-ils pas capable de "graver leurs rondelles" et de les distribuer gratuitement autour d'eux, ou même de partager des fichiers MP3 déclarés libres de droits par l'"auteur" des musiques ? Donc, en donnant les morceaux de musique, elle aurait touché beaucoup plus de monde et plus profondément qu'en les vendant ! Car : «autant que les cieux sont élevés par-dessus la terre, autant mes voies sont élevées par-dessus vos voies; et mes pensées, par-dessus vos pensées !» (Esaïe 55, 9)

Les musiciens chrétiens craignent de se faire voler "leurs" compositions par des associations de défense de droits d'auteurs peu scrupuleuses (ça s'est déjà vu : pour servir leurs "vedettes" et gagner de l'argent sur elles, certains sont prêts à se ballader avec un enregistreur dans leur poche pour "piquer" les morceaux de ceux qui composent à haute voix ou, plus retors encore, disent à celui qui déposent un morceau chez eux : "Oh ! Ça n'aura pas de succès !" Et on retrouve le même morceau, avec les mêmes paroles, chanté par une vedette du show-business quelques jours après !) ? Comment n'ont-ils pas de foi dans le Seigneur qui a dit : «Ne vous amassez point des trésors sur la terre, que les vers et la rouille consument et que les larrons percent et dérobent. Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni les vers ni la rouille ne consument rien, et où les larrons ne percent ni ne dérobent. Car où est votre trésor, là sera aussi votre coeur.» (Matthieu 6, 19-21) ! Et qui a dit aussi : «Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu as, et le donne aux pauvres (Donc, ne le ramasse même pas pour toi !), et tu auras un trésor dans le ciel; puis viens, et me suis.» (Matthieu 19:21) ! Et aussi : «Il en tombera mille à ton côté, et dix mille à ta droite; mais la destruction (la maladie, les accidents, le vol, les agressions, etc...) n'approchera point de toi.» (Psaumes 91, 7) !...

Postcriptum

En surfant sur Internet, particulièrement au sujet des droits d'auteurs et des copyrights, j'ai noté que le copyright n'était pas fait pour empêcher la copie à titre privé, au départ. Mais les "majors" de la musique et du cinéma, voyant s'envoler le contrôle qu'ils exerçaient sur les goûts et désirs du public (car l'homme animal aime bien contrôler les autres !), se sont lancés corps et âme dans une campagne de poursuites judiciaires sans précédent contre ceux qui auraient l'outrecuidance d'enregistrer un morceau de musique ou un film sans avoir acheté le disque, alors qu'ils peuvent toujours le faire sur une cassette audio ou vidéo ! Je constate que c'est comme "le chant du cygne" : le dernier soubresaut avant soit une complète disparition, soit un désintérêt croissant de la part des artistes eux-mêmes ! De toute façons, l'utilisation d'Internet a fort bien ébranlé une institution jusqu'alors incontournable !!! Et l'avènement des licences "libres" qui permettent justement à l'auditeur de copier et de modifier une musique sans avoir acheté le support n'est pas en faveur de ces institutions, et risque même de les faire disparaître !...

Ce "chant du cygne" se manifeste ainsi : on tente d'inventer le CD jetable : quand on tente de le copier, il se détruit ! On a aussi inventé les DRM pour les droits de copie sur les fichiers téléchargés, afin que le destinataire ne fasse pas de copies illimitées, bousculant ainsi la loi sacro-sainte, en France, du droit à la copie privée ! Mais c'est sans compter sur l'intelligence de ceux qui veulent DONNER leurs œuvres artistiques qui, voyant la conduite des orgnanismes de contrôle des droits d'auteurs, seront de plus en plus nombreux à se faire radier de ces institutions, même si c'est pratiquement impossible (J'ai même entendu parler d'un groupe qui s'est piraté lui-même pour mieux vendre ses créations car ils avaient atteint un "quota" fixé par l'association de droits d'auteurs et ils n'avaient pas amassé assez. Alors, ils se sont piratés eux-mêmes, c'est-à-dire qu'ils ont "gravé des rondelles" en plus du quota et ils les ont vendues sans passer par l'association de droits d'auteurs, exactement commes les internautes pirates eux-mêmes !)...

Au sujet des droits d'auteurs, j'ai encore vu une information troublante : on aurait osé demander des "droits d'auteur" à... une enseignante qui a appris et fait chanter "Adieu Monsieur le Professeur" à ses élèves à l'occasion du départ d'un instituteur à la retraite... Scandalisé par cette attitude, c'est l'auteur de la chanson lui-même qui a payé la SACEM pour cette amende ! La SACEM est-elle devenue si pauvre, qu'elle en est réduite à quémander quelques euros à cette enseignante ? Décidément, le monde marche sur la tête !!!

À suivre...

Retour à la page d'accueil